Avis de nos clients :
4.6/5
par Avis vérifies
Les radicaux libres, l’oxygène et l’oxydation

Les radicaux libres, l’oxygène et l’oxydation

Les Radicaux Libres

On nomme radicaux libres une forme d’espèces chimiques ( atomes ou molécules) qui possède un électron célibataire (on dit non apparié). Cette particularité leur confère un champ magnétique différent permettant aux radicaux libres de réagir avec différentes molécules, notamment lors des réactions en chaîne, comme par exemple, celle de la peroxydation des lipides.

La Production de Radicaux Libres dans l’organisme

Les Radicaux Libres sont produits par divers mécanismes physiologiques, car ils sont utiles pour l’organisme à doses modérées.

Mais leur production peut devenir excessive et peut aussi, résulter de phénomènes toxiques. L’organisme va, alors, chercher à se protéger grâce à des systèmes anti-oxydants.

Seul compte la balance entre la production inhérente au fonctionnement du corps humain et l’élimination des radicaux libres, car elle constitue le stress oxydant, source de multiples lésions de l’organisme, lésions difficilement réversibles.

La nutrition joue donc un rôle clé dans cette balance car, elle apporte aussi bien des molécules protectrices ( les antioxydants) que des dérivés toxiques générateurs de radicaux libres.

Le fonctionnement correct de l’organisme dépend donc de cette balance car tous les systèmes existants peuvent se révéler bénéfiques ou dangereux pour le corps humain.

C’est ainsi que l’oxygène, comme d’autres substances, peut voir son utilité modifiée en fonction de sa quantité présente dans les réactions métaboliques.

La réactivité des radicaux de l’oxygène ne doit pas être exagérée car elle est variable suivant la nature du radical formé.

Les sources de production des Radicaux Libres

Les Radicaux Libres sont formés par un grand nombre de mécanismes, endogènes et exogènes.

Certains de ces mécanismes sont programmés par l’organisme à des fins de défense ou de système d’informations.

Pour schématiser, on pourrait comparer la cellule à une usine de production d’énergie…

Un site de production va inévitablement produire des déchets.

Si usuellement ceux-ci  sont produits en faible quantité et ne concernent qu’une petite partie de l’oxygène utilisé pour la respiration cellulaire, la production de ces déchets ( les radicaux superoxydes par exemple) peut s’amplifier  lorsque la respiration devient plus intense ( effort physique) ou lorsque interviennent des désordres dans la mitochondrie ( génétiques, inflammatoires, nutritionnels).

L’inflammation est par ailleurs une source importante de radicaux oxygénés produits directement par le système immunitaire( cellules phagocytaires).

Ce mécanisme est vital dans la lutte anti-infectieuse pour autant qu’il reste sous contrôle.

L’oxygène et l’azote seront utilisé par l’organisme comme médiateur régulant des fonctions biologiques comme notamment la vasodilatation capillaire, les neurones, les cellules endothéliales ou les macrophages.

Quelquefois, les radicaux formés chez les êtres vivants ne sont pas très réactifs mais constituent des radicaux précurseurs pouvant être  » activés » en des espèces plus nocives.

Oxyder pour fonctionner

Le corps humain doit en permanence « oxyder » des molécules pour fonctionner, produisant ainsi des radicaux libres.

L’oxydation de certaines substances produira un plus grand nombre de déchets et entrainera donc plus de dommages à l’organisme: alcool, résidus de fumée, médicaments…

Des métaux toxiques mais aussi des métaux utiles au corps mais présents en trop grande quantité ( fer, cuivre)  produiront les mêmes effets.

Les particules inhalées ( amiante, silice) sont aussi sources de radicaux libres car elles entrainent une phagocytose exacerbée.

On notera également le rôle des rayonnements tels que les rayons ionisants X ou gamma, voir aussi les rayons ultraviolets produisant des anions superoxydes ou de l’oxygène singulet après activation de photosensibilisants.

Conclusion

Sous prétexte de lutter contre l’oxydation, il ne faut pas avoir peur de l’oxygène qui reste un élément indispensable aux processus vitaux et notamment à la respiration cellulaire.

Il faut veiller au maintien des conditions physiologiques de l’organisme, c’est à dire à l’équilibre entre la production de radicaux libres et les mécanismes endogènes de défenses anioxydantes du corps humain.

Comme toujours, il convient donc d’être à l’écoute de son corps et de se prémunir de façon adaptée à sa situation.

Des cures préventives de compléments alimentaires antioxydants seront donc utiles à tous mais varieront suivant que l’on soit sportif ou sous traitement médical par exemple. Chaque cas étant un cas particulier, il conviendra donc d’adapter suivant les situations.

Nous reviendrons dans un prochain article sur les incontournables en matière d’antioxydants.