Avis de nos clients :
4.4/5
par Avis vérifies
Équilibre acido-basique : erreurs, mensonges et vérités (deuxième partie)

Équilibre acido-basique : erreurs, mensonges et vérités (deuxième partie)

Ignoré par la médecine classique mais adulé par les médecines alternatives, l’équilibre acido-basique est mis « à toutes les sauces ».

Et comme souvent, les approches thérapeutiques s’accompagnent d’un cortège d’erreurs et de méconnaissances. Il est temps d’essayer d’y voir plus clair et de comprendre les mécanismes de cet équilibre tant il est important pour ne pas dire primordial dans toutes les maladies chroniques et graves.

Les tampons physiologiques

Le corps humain dispose de systèmes tampons permettant l’équilibre acido-basique en jouant sur l’apport ou le retrait de protons. Les réactions biologiques du corps sont possibles grâce à l’activité enzymatique qui sera optimum sous condition d’un pH bien précis.

C’est notamment le cas pour le système digestif:

Si la plupart des enzymes ont un pH de 7, la pepsine, enzyme de l’estomac nécessite un pH allant de 1.5 à 3 alors que la trypsine du pancréas demande un milieu alcalin entre 7 et 8.

a)L’acide phosphorique

Parmi les systèmes tampons, le phosphore par l’intermédiaire de l’acide phosphorique et du phosphate joue un rôle important. La modification de l’acidité du milieu peut entraîner une substitution du phosphate par le magnésium dans l’accueil des protons avec un effet perturbateur sur les réactions énergétiques de l’organisme.

b)L’hémoglobine

L’hémoglobine est une protéine connue pour transporter l’oxygène mais, elle absorbe aussi des protons et joue un rôle de tampon à l’intérieur de la cellule.

Un pH particulier influe sur sa capacité de liaison avec l’oxygène, favorisant sa libération et entraînant la formation d’acides.

Le système bicarbonate

C’est le système tampon le plus important dans le compartiment extracellulaire.

Le bicarbonate(base) est en équilibre avec l’acide carbonique, très instable, qui se décompose en gaz carbonique( dioxyde de carbone) et en eau.

Le gaz carbonique diffuse librement à travers les membranes cellulaires et arrive dans les érythrocites. Ce tampon » équilibré » s’effectue à un pH sanguin de 7.4, la concentration de bicarbonate étant 20 fois supérieur à celle du gaz carbonique.

En cas d’apport de protons, ceux-ci vont se lier au bicarbonate, se transformant en gaz carbonique expulsé par les poumons. La capacité tampon baisse alors, le bicarbonate lié aux protons étant éliminé.

Le fonctionnement du système tampon

La régulation du pH entraîne un changement de la capacité du tampon, celui-ci évitant les changements trop importants.

La régulation du pH ne peut intervenir que par la production et l’élimination de substances qui influent sur le pH.

Le corps humain va donc « compenser » une augmentation ou diminution des acides en changeant la concentration de son tampon, via un lien permanent entre métabolismes et respiration.

Acidose et alcalose

a) Alcalose

Elle a lieu lorsqu’il y a une trop grande perte d’acides ( déséquilibre alimentaire par trop grande consommation d’aliments alcalins; vomissements…)

Le corps compense alors par une respiration lente pour pouvoir augmenter le pouvoir tampon.

On constate également l’alcalose respiratoire chez les sportifs, une respiration forcée entraînant une perte de gaz carbonique dans le sang et les urines.

b) Acidose

L’acidose respiratoire survient lorsqu’on expire trop peu de gaz carbonique.

Le corps compense par une intensification de la fréquence respiratoire jusqu’à se mettre hors souffle. L’acidose métabolique est liée à des réactions chimiques de l’organisme qui produit plus d’acides qu’il ne peut en  éliminer.

Le corps va une fois de plus compenser en économisant le bicarbonate et la capacité tampon diminue. La difficulté majeure provient du fait que l’acidose est très souvent latente, avec des symptômes  très divers, elle est donc difficile à diagnostiquer. Dans ce cas, la seule mesure du pH urinaire et même sanguin n’est pas adaptée. Cette acidose peut provenir de multiples facteurs comme notamment le dysfonctionnement d’organes ou/ et le manque d’oxygène.

Éliminer l’acidose

L’élimination de l’acidose passe par l’oxygénation de l’organisme, le drainage foie-reins et par la régénération de la capacité tampon. Pour vivre, le corps a besoin d’énergie qu’il va puiser dans les mécanismes de respiration cellulaire( oxydo-réduction).

L’apport énergétique va être dépendant également du niveau de vitamines, de l’assimilation des minéraux et du nombre des acides, donc du bon fonctionnement digestif .

Le corps tire son énergie de l’oxydation des sucres et des graisses d’où l’importance de l’oxygène. Si celui-ci vient à manquer, la production d’énergie sera perturbée, le corps produisant alors des substances non dégradées par le système respiratoire telles que l’acide lactique( glucose) ou l’acide cétonique( lipides).

Respiration, oxygénation et alimentation sont donc les 3 piliers de l’équilibre acido-basique. Si ces 3 conditions ne sont pas réunies, il n’est pas possible de modifier durablement et structurellement l’équilibre acido-basique. Le recours au bicarbonate de soude et aux compléments de minéraux basiques ne servira alors à rien.

L’acidose est due à une fabrication par l’organisme d’acides inorganiques au sein même de la cellule du fait d’un manque d’oxygène.

Il devient alors primordial de comprendre les métabolismes de cette énergie.

Les métabolismes de l’énergie

Chez l’homme, l’énergie provient du brûlage du sucre et des graisses (oxydation) stockés dans l’organisme (réduction). Ce brûlage s’effectue en présence d’oxygène et donne de l’eau et du gaz carbonique. La bonne dose d’oxygène doit donc être présente dans chaque cellule pour permettre cette production d’énergie. Si le niveau est trop bas, les acides gras ne sont pas métabolisés et ne parviendront pas dans les mitochondries (la chaudière de la cellule).

Il s’ensuit une production d’acide lactique, qui en fonction du pH donnera du lactate.

Le lactate échange avec le sodium de la cellule transporté dans le plasma et c’est là qu’il sera tamponné par le bicarbonate générant du gaz carbonique et de l’eau. Si d’une manière générale, le corps dispose de minéraux et de réserves lipidiques en quantité suffisante, qu’en est il de l’oxygène?

Équilibre acido-basique et organes

Cet équilibre nécessite un bon métabolisme et une bonne élimination d’où l’importance: 

  • d’une bonne circulation sanguine
  • d’un tissu conjonctif( espace extracellulaire, objet d’un précédent article) en bon état
  • Du système osseux, véritable réserve énergétique et minérale de l’organisme
  • des poumons, régulateurs des échanges gazeux et des acides faibles
  • des reins, chargés d’éliminer les acides forts, non volatils( acide phosphorique, sulfurique, urique…)
  • du foie, organe essentiel de détoxification de l’organisme, son rôle dans l’équilibre acido-basique est quelque peu oublié.

Il intervient dans l’élimination de l’ammoniaque et dans la dégradation du lactate et contribue à la transformation des acides organiques en gaz carbonique.

  • de l’estomac, lieu de fabrication d’acides en lien avec le pancréas qui fabricate des bicarbonates
  • des intestins, qui en cas de dérèglement du pH se verront colonisés par une flore pathogène.

La mesure du pH

La prise du pH urinaire ou salivaire n’est qu’un indicateur partiel et ne reflète qu’en partie l’état du terrain acido-basique. Il est simpliste de prétendre que la santé correspond à une urine alcaline ou qu’une urine acide signifie suracidification, car, le ph urinaire ne mesure pas l’acidité des tissus. On peut aussi mesurer le pH dans le sang afin de connaître l’acidité intra et extracellulaire et plasmatique.

Reste l’idéal, la mesure par la bio-électronique selon les principes de Louis Claude Vincent.

Digestion, minéraux alcalins et flore intestinale

La prise de minéraux alcalins augmente le pH de l’estomac( pH normal de 1,2 à 3) et neutralise les sucs gastriques. La flore intestinale sera alors déséquilibrée car elle demande un milieu acide pour bien se porter. Il s’ensuit alors la production d’une flore pathogène empêchant la digestion complète des aliments. A l’exception de rares cas précis, la prise de bases alcalines peut s’avérer très néfaste et il en va de même pour la consommation d’eau alcaline ionisée.

Rétablir l’équilibre acido-basique passe par la prise d’acide lactique… Paradoxal en apparence mais somme toute très logique. On trouve du « bon » acide lactique dans les aliments lacto-fermentés.

a) le rôle de l’acide lactique

Il rééquilibre le terrain acido-basique et les échanges cellulaires.

Il protège la muqueuse intestinale des agents pathogènes, il évite l’alcalinisation des intestins permettant ainsi la dégradation et non pas le tamponnage des acides non volatils. Le foie est alors allégé et disponible avec un maximum d’énergie pour d’autres fonctions. 

Les thérapies de l’équilibre acido-basique

Alimentation et digestion tout d’abord. Oxygénation également par l’exercice et la respiration mais aussi par le bol d’ai Jacquier ou la prise d’oxygène (Oxygélys). Le recours à une mesure de l’acidité par la Bio-électronique permet une approche plus rigoureuse et évite les erreurs. On notera également, dans la même perspective, la technique de la « Cellsymbiosisthérapie » reconnue par la médecine officielle en Allemagne.

Nous la présenterons dans un prochain article.

La méthode de nutrition cellulaire active, basée sur les travaux du Dr Lagarde parait aussi valable.

Conclusion

On n’en a pas fini avec l’équilibre acido-basique ou plutôt avec les équilibres…

Une vision trop longtemps simpliste a conduit à des erreurs, la lutte contre l’acidose sans vérifier son bien-fondé, ni les réactions de l’organisme est une aberration. Si la situation d’une personne démontre un manque de minéraux alcalins, alors il est nécessaire de prendre des compléments alimentaires basiques. Mais le résultat ne peut être que temporaire tant qu’on ne traite pas le terrain…

Il s’agit donc de traiter la cellule et sa production énergétique. Le test urinaire, trop simpliste, ne doit être pris que comme un indicateur partiel. Ne cédez pas aux « marchands du temple », vendeurs de poudre et d’eau alcalinisée.

  • Soutenez vos organes: foie, reins, estomac
  • Favorisez vos enzymes digestives
  • stimulez la flore intestinale
  • vivez, faites de l’exercice modéré et respirez